Le TOP 2019 (Guillaume)

  • Tool – Fear Inoculum

Sans grande surprise, le nouvel album de Tool tant attendu se retrouve à cette première place du Top. D’une rare complexité, cet album est dense, malgré une instrumentalisation presque minimaliste, qui jouit cependant d’un mix exceptionnel. Un homme intelligent m’a dit un jour, qu’aujourd’hui on ne savait plus tenir une note. Ici, pas de superflu, aucun passage kitsch, de la répétition, mais toujours en mouvement. Des time signatures en évolution constante. Le résultat est organique et lancinant. C’est un album inspiré et inspirant, qui même après une centaine d’écoutes se révèle encore. Il y a tellement de choses à découvrir. 

  • No-Man – Love You To Bits

Là encore un album que l’on attendait depuis une dizaine d’années. Ce nouveau No-Man est composé d’un unique morceau de 36 minutes, découpé en plusieurs parties. Un mélange subtil entre pop et électro avec des passages plus ambiant, space rock, très floydien, soutenu par une basse qui groove et la voix suave de Tim Bowness. Cet album n’est pas sans rappeler les débuts de Porcupine Tree, et ça fait du bien. Je trouve Steven Wilson bien plus inspiré lorsqu’il travaille avec Aviv Geffen ou Bowness, que ses productions solo. En espérant que ces collaborations l’auront inspiré. 

  • Cult of Luna – A Dawn To Fear

Cult of Luna fait partie de ces groupes que je connais depuis que je m’intéresse au Metal, mais que je n’avais jusqu’à présent jamais vraiment écouté: trop postcore, trop sludge. Et si j’ai toujours du mal avec la voix Core, la composition est quant à elle excellente. Mention spéciale au titre du même nom que l’album qui n’est pas sans rappeler un Agalloch ou un ISIS : arpèges et batterie lancinants, voix posée, très ambiant, guitare ebow avec beaucoup de delay et reverb. Bref, tout ce que j’aime. Ce nouvel album m’a donné envie de me (re)plonger dans la discographie du groupe. 

  • Little Simz – Grey Area

Un tout autre style : du Rap / Hip-Hop / Trap venu de Grande Bretagne. Superbe Flow, des textes intéressants, mais surtout, un mix superbe, très organique, qui n’est pas sans rappeler les classiques du genre des années 90. Il y a donc un petit côté vintage, tout en restant très moderne. L’album est par ailleurs très varié : entre morceaux plus inquiétants ou d’autres plus joyeux qui s’appuient sur la culture japonaise. Bref, un très bon deuxième album d’une artiste qui monte, qui monte et qui le mérite

  • Blut aus Nord – Hallucinogen

Le nouveau Blut aus Nord se développe comme un album de Post-Black Metal, moins malsain que les précédents, plus mélodique, avec un chant davantage en arrière plan, quelque peu ritualisé. L’ensemble est épique, sans jamais être trop kitsch. La composition est maîtrisée et on ne s’ennuie pas une seconde. Le mix – cristallin – vient parachever cette belle galette qui est une vraie réussite de style. 

  • Yeruselem – The Sublime

L’autre album de Vindsval sorti cette année. Du Blut aus Nord un peu plus lumineux. Plus électronique aussi, ou du moins plus indus. . L’ensemble est massif et pourtant très organique, les respirations nombreuses. Ici encore, un album bien court, mais qui s’enchaîne parfaitement bien. Décidément, on sait faire de la bonne musique en France. 

  • Tycho – Weather System

J’ai eu plus de mal à entrer dans cet album, que les précédents de Tycho. La faute sûrement au chant, qui est une nouveauté. Un peu trop lisse peut-être et des lyrics pas forcément toujours inspirés. Mais après plusieurs écoutes on se prend au jeu, c’est à la fois entraînant et une invitation au rêve. Et toujours ces magnifiques guitares (quel son !) qui procurent cette infinie douceur. Le groupe vient de sortir une version instrumentale de l’album, avec des remixs. Je conseille vivement, tout comme les lives, avec un écran à 360 degrés, en immersion totale.

  • Mayhem – Daemon

J’avais un peu lâché Mayhem après Ordo ad Chao, qui est pour moi le meilleur album du groupe avec ses arpèges lents et malsains. Mais il y avait une certaine hype autour de cette nouvelle galette donc j’ai décidé de me la procurer. Et j’ai bien fait. Le son  est toujours aussi caverneux mais le mix est plus précis, plus incisif, moins boueux. La composition est plus rapide, mais toujours aussi poisseuse. Ça sonne Black à l’ancienne tout en proposant quelque chose de très moderne. Attila y est pour beaucoup : les multiples facettes de son chant, crié, susurré, parlé, chanté. Une grande variété, que l’on retrouve au global. 

  • The Old Dead Tree – The End

Un groupe de mon adolescence. Sûrement l’un des groupes de Metal français les plus inspirés et des plus inspirants. Ils reviennent une dernière fois, après leur split en 2009, avec cet EP de 5 titres accompagné d’un DVD qui retrace l’histoire du groupe. La musique est toujours aussi bien écrite, les lyrics toujours aussi recherchés, et la voix de Manu… C’est la voix de Manu : envoûtante. Le disque est enfin très bien produit. C’est simplement dommage qu’il n’y ait que 5 titres. On en veut forcément plus. Quelques concerts en prévision en 2020 qu’on attend avec impatience. Le temps d’apprendre ces nouveaux textes. 

  • Novembers Doom – Nephilim Grove

Pour ses 30 ans, Novembers Doom nous livre un nouvel album. Bon, c’est du Novembers Doom, peut-être un peu plus straight to the point, moins caverneux, mais toujours aussi profond. Bref, on ne s’en lasse pas. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

en_USEnglish
fr_FRFrench en_USEnglish